Isoler sa tuyauterie grâce au Calorifugeage

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
0
(0)

À l’heure de réaliser des travaux pour améliorer la performance énergétique d’un logement, de nombreux particuliers pensent en priorité à l’isolation des murs, à l’installation de nouvelle fenêtre ou à l’installation d’une pompe à chaleur (PAC).

Pourtant, il est parfaitement possible de mener des travaux simples et peu onéreux pour réaliser de véritables économies d’énergies. Il s’agit notamment du calorifugeage de la tuyauterie, qui consiste à isoler les tuyaux d’un système de chauffage central.

On fait le point sur cette opération particulièrement intéressante, qui permet à la fois de réaliser des économies et d’améliorer le confort au sein d’un logement ou d’une copropriété.

Le calorifugeage d’une tuyauterie, c’est quoi exactement ?

Le calorifugeage d’une tuyauterie est une opération à la fois simple et particulièrement économique qui permet de réaliser de véritables gains énergétiques. On considère en effet que l’acheminement de l’eau chaude vers un émetteur de chauffage (un radiateur ou un plancher chauffant) peut faire perdre jusqu’à 20 % des calories de l’eau si la tuyauterie du logement n’est pas isolée.

L’opération consiste à isoler les tuyaux et les canalisations d’eau de chauffage d’un logement. Il s’agit alors d’un ensemble de techniques pour limiter les transferts de chaleur entre l’eau chaude circulant dans les canalisations du logement et un environnement froid. L’objectif est donc d’éviter les déperditions de chaleur. 

Le calorifugeage ne concerne pas uniquement les tuyauteries d’un logement ou d’une copropriété. Il peut également concerner les citernes, les réservoirs ou encore les chaudières, notamment lorsque ces installations sont placées dans une pièce non chauffée.

Le calorifugeage de la tuyauterie demande l’intervention d’un calorifugeur. Ce professionnel de l’isolation interviendra sur les tuyaux d’un logement en les recouvrant d’une gaine de matériau calorifuge, tel que la laine de verre, du polystyrène, etc.

À titre d’exemple, laisser une tuyauterie transportant de l’eau chaude sans isolation dans un milieu froid peut se comparer, en termes de déperdition énergétique, au fait de laisser une fenêtre ouverte au sein d’un logement en plein hiver.

Les avantages du calorifugeage d'une tuyauterie

Limiter sa consommation d'énergie

Avec une diminution des factures de gaz et d'électricité à la clé.

Gagner en confort

Température intérieure constante grâce à une déperdition de chaleur limitée.

Assainir le(s) logement(s)

L'eau chaude supérieure à 55°C permet d'éliminer les bactéries.

Protéger sa chaudière

En limitant les risques de gel et toute formation de condensation sur les tuyaux.

Quels matériaux choisir pour le calorifugeage d'une tuyauterie ?

De nombreux matériaux isolants existent pour procéder au calorifugeage de sa tuyauterie. Chaque matériau offre des avantages et des inconvénients. Le choix dépendra principalement de l’efficacité énergétique recherchée et du type d’isolation (contre le froid ou contre le chaud).

Ainsi, on retrouve principalement des isolations à base de laine de verre, de mousse synthétique ou de polystyrène. Ces matériaux se présentent généralement sous la forme de manchon qu’il conviendra de fixer sur les tuyaux du logement, en prenant soin de le recouvrir entièrement sans laisser d’espace entre le tuyau et l’isolant.

Le mieux à faire reste de s’adresser à un calorifugeur. 

En moyenne, le tarif pour ce type d’intervention est de 5 à 15 euros le mètre linéaire de tuyauterie isolée, main-d’œuvre incluse. Celui-ci varie principalement en fonction du matériau utilisé.

Le calorifugeage d'une tuyauterie : une opération financée à 100 % grâce aux certificats d’économies d’énergie

Si le calorifugeage tuyauterie se révèle être particulièrement intéressant d’un point de vue économique, environnemental et sanitaire, l’opération présente également l’avantage de pouvoir être financée à 100 % grâce au système des certificats d’économie d’énergie (BAT-TH 160).

Pour cela, les travaux de calorifugeage doivent être réalisés par un professionnel bénéficiant du statut de RGE (Reconnu Garant de l’Environnement). L’intervention doit permettre d’augmenter l’efficacité énergétique du logement en question d’au moins 20 %.

Du fait même de la simplicité des travaux et du faible coût des matériaux, la prime obtenue grâce aux certificats d’économies d’énergie permettra de rembourser une partie des frais liée à l’intervention, voire même l’intégralité.

Par ailleurs, le calorifugeage tuyauterie ouvre droit à d’autres aides, comme c’est le cas de la TVA réduite à 5,5 % ou à l’éco-prêt à taux zéro.

Cet article vous a-t-il été utile ?

Note moyenne : 0 / 5. Nombre de vote : 0

Aucun vote. Soyez le premier à attribuer une note à cet article !

Vous aimez nos articles ?
Inscrivez vous à notre Newsletter