Quel est le chauffage d’appoint le plus économique ?

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
4.8
(19)

Avec le prix du gaz et de l’électricité qui ne cesse d’augmenter et certains hivers plutôt rigoureux l’installation d’un chauffage d’appoint semble de plus en plus nécessaire. Pourtant lorsqu’on parle de chauffage d’appoint, ce ne sont pas les solutions qui manquent : électrique, gaz, bois, hybride… Alors quels sont les systèmes qui permettent réellement de réduire sa consommation d’énergie et donc ses factures ? Point Énergie vous décrypte tout. 

Vous souhaitez financer vos travaux ?

Ne passez à côté d’aucune subvention et obtenez toutes les aides financières disponibles.

Vous souhaitez financer vos travaux ?

Ne passez à côté d’aucune subvention et obtenez toutes les aides financières disponibles.

La solution la plus économique : les chauffages d'appoint au bois

L'heureux élu : le poêle à granulés

Avec le meilleur rendement énergétique disponible (90% à 95%), le poêle à granulés est incontestablement le meilleur chauffage d’appoint en complément d’une chaudière, un chauffage électrique ou d’une pompe à chaleur. 

A la fois petit et compact, ils s’insèrent facilement au sein de votre logement. Son fonctionnement repose sur la combustion des granulés, matière écologique et abondante, dont la chaleur est ensuite diffusée de manière progressive et constante.

Sur une année, la consommation de pellets (i.e : granulés) est estimée entre 1500kg et 2000kg, ce qui revient à un coût de 495 € à 660 € sur toute l’année. Autant dire que les économies d’énergies seront au rendez-vous !

Par ailleurs, parmi tous les chauffages d’appoint disponibles, le poêle à granulés est celui qui concentre la plus grande proportion d’aides financières (plus de 3200 € pour les ménages les plus modestes) rendant son acquisition plus que rentable. 

Le poêle à bûches

Cousin du poêle à granulés, le poêle à bûches repose sur le même fonctionnement à ceci près que les bûches supplantent le granulés. Son rendement énergétique (avoisinant les 70% à 80%) est lui aussi excellent, et il est également éligible aux principales aides financières. 

Ils jouissent aussi d’une excellente réputation pour le côté chaleureux et traditionnel qu’apporte le chauffage aux bûches ! 

Les chauffages d'appoint électrique : mention honorable

Finis le temps des vieux ventilo-convecteurs qui étaient de mode dans les années 70 et dont la réputation “Grille Pain” a perduré depuis quelques décennies. Même s’il n’est pas une source d’énergie renouvelable, et est beaucoup moins performant que les modèles au bois, le chauffage électrique s’est tout de même amélioré au fil du temps. 

Les radiateurs à inertie

C’est le système de chauffage électrique le plus performant. Le principe d’inertie consiste à accumuler de la chaleur avant de la restituer lentement et de manière homogène au sein de votre habitation. 

Les radiateurs à inertie les plus modernes disposent généralement d’une fonction de programmation intelligente : c’est cette particularité qui rend possible les économies d’énergie (et non l’inertie comme on l’entend faussement trop souvent…). En revanche, l’inertie aura bel et bien un impact sur le confort.

Son installation est par ailleurs très facile à mettre en place. 

Les radiateurs à panneaux rayonnants

Les radiateurs à panneaux rayonnant (on parle aussi de panneaux radiants) offrent également une meilleure diffusion de chaleur que les ventilo-convecteurs classiques. 

En effet, grâce au rayonnement, la chaleur est transmise dans toute la pièce à travers une plaque de carbone chauffée par une résistance électrique. 

Bon à savoir :

Le rayonnement constitue l’un des trois modes de transfert thermique avec la conduction (propre aux solides) et la convection (propre aux fluides). 

Il se caractérise par l’émission de rayonnement électromagnétique (photons) d’un corps chaud pouvant se déplacer dans le vide (i.e : rayonnement du soleil). Cette dernière particularité explique pourquoi, à la différence des ventilo-convecteurs classiques qui assèchent l’air, les radiateurs à panneaux rayonnants n’ont pas ce problème. 

Les chauffages d'appoint au gaz ou au pétrole : en cas de derniers recours !

Le poêle à pétrole

Solution pratique en raison de sa mobilité, le poêle à pétrole fonctionne sur la combustion d’une mèche enduite de pétrole.

Ce dernier ne pourra chauffer qu’une petite surface et il faudra veiller à la diffusion d’odeurs ainsi que les émanations de C02. 

Le poêle à gaz

Le poêle à gaz est un appareil de chauffage qui utilise le gaz naturel ou le propane (stocké dans des bouteilles) pour produire de la chaleur. Il est constitué d’un corps de chauffe, d’un brûleur et d’un échangeur de chaleur.

Il est généralement équipé d’une vitre pour observer le feu. Il peut être installé dans une cheminée ou dans un mur. Le poêle à gaz permet de chauffer une pièce rapidement et utilise peu de combustible. De plus, il est facile à utiliser et ne nécessite pas d’entretien particulier. A l’instar du poêle à pétrole, il est réservé aux petites pièces car son énergie n’est pas suffisamment performante.

En plus d’être une énergie fossile, il faut être extrêmement vigilant sur les normes de sécurité (risque d’explosion ou d’intoxication au monoxyde de carbone en cas de mauvaise utilisation).

Cet article vous a-t-il été utile ?

Note moyenne : 4.8 / 5. Nombre de vote : 19

Aucun vote. Soyez le premier à attribuer une note à cet article !

Vous aimez nos articles ?
Inscrivez vous à notre Newsletter